#kyoto

Articles en français(フランス語の記事)

Le temple Ninna et son cerisier Omuro « Omuro zakura » (仁和寺)

    C’est au terme de son règne que l’empereur Uda, devenu prêtre, pris sa retraite au temple de Ninna-ji que l’on nommait également «ancien palais impérial d’Omuro». De 888 et ce pendant presque mille ans, jusqu’en 1869, la tradition exigeait que l’Empereur y envoie son fils pour occuper le statut de «grand prêtre».     Pour cette raison, un  nombre non-négligeable de structures, dont le hall principal, adoptent le modèle architectural des palais impériaux. Il est également de nos jour de siège de l’école d’ikebana, également connu sous le nom de kadō, «la voie des fleurs» ou «l’art de faire vivre les fleurs».     Comme beaucoup d’autres, il fut…

Articles en français(フランス語の記事)

Marché aux puces du temple Tôji

    Il y a le marché aux puces chaque mois du premier dimanche et celui du 21 au temple de Tōji qui est inscrit au patrimoine mondiale de l’UNESCO. Il y a aussi le marché au sanctuaire de Kitano tenmangû qui a lieu le 25 du chaque mois.     UNESCO inscrit sur la liste du patrimoine mondial dix-sept temples (KYOTO)     On appelle ce marché aux puces du temple Tôji « Kôbô-ichi » en japonais.     Parce que Kôbô vient de «Kôbô-san» en hommage au moine KÛKAI (774-835), fondateur de l’école bouddhique Shingon et devenu KÔBÔ Daishi, « le grand maître de la loi » et « Ichi»…

Articles en français(フランス語の記事)

Laissez-vous emporter vers le Sanctuaire Kifune (貴船神社)

  https://www.instagram.com/p/BtDiM50HW2z/?utm_source=ig_web_copy_link   Pile au nord de la ville de Kyoto, se cache ce célèbre sanctuaire shinto, que l’on appelle Kifune-jinja en langue japonaise. Peut-être l’avez-vous remarqué lors d’une précédente visite ou en parcourant les nombreux guides qui lui sont consacrés: bien que situé dans la localité de Kibune, le sanctuaire prend néanmoins le nom de Kifune. La raison est que ce terme désigne la pureté de l’eau, car le son Bu (que l’on nomme dakuon) se présente comme un son trouble.     C’est aussi en ces lieux que prend source la rivière Kamo, ce qui lui vaut la croyance d’abriter une divinité des eaux. Cela a donné naissance…

Articles en français(フランス語の記事)

Le musée Okura du saké de Gekkeikan

        -Sake Gekkeikan Le musée Okura du saké de Gekkeikan, de quoi s’agit-il ?   Le musée Okura du saké de Gekkeikan fut bâti par le brasseur Gekkeikan de manière à conserver la tradition et  véhiculer l’histoire de la brasserie de Fushimi, existant de longue date. Le lieu en lui-même est déjà symbolique. Il s’agit d’une cave de brasserie de l’époque Meiji (1868-1912) située sur les berges de la rivière Horikawa, non loin du chateau de Fushimi. Son ouverture en tant que musée après rénovation date de 1987. Ce qui fait que l’endroit est idéal depuis l’époque Muromachi (1336-1573) tient notamment du climat, de la qualité des nappes…

Articles en français(フランス語の記事)

Heian-jingū par un Japonais

    Le Heian-jingū est classé bien culturel important du Japon. Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, sa construction est récente parmi les temples de Kyoto. En effet, c’est en 1895 que l’Empereur Kanmu demanda à ce qu’il soit bâti, afin d’encourager les habitants de Kyoto après la délocalisation de la capitale vers Tokyo. Mais aussi, pour célébrer les 1100 ans de la délocalisation de Nagaokakyo.         Cette demande ayant été formulée après la guerre sino-japonaise, les moyens étaient évidement modeste. Pour cette raison, il ne constitue que cinq huitième du projet initial. Le peuple y a d’ailleurs grandement contribué financièrement, ce qui explique en partir…

Articles en français(フランス語の記事)

Le temple Shoju par un Japonais

    Le Shoju-in appartient à la secte Koyasan Shingon et a été bâti il y a environ 800 ans. Petite anecdote : c’est un endroit que j’affectionne beaucoup puisqu’il se situe juste en face des champs de thé.         En été, 2 000 carillons sont suspendus dans l’enceinte et un festival leur est dédié tous les ans du 1er juillet au 18 septembre. La salle des convives possède une fenêtre en forme de coeur qui symbolise la feuille de figuier. Un élément hautement symbolique dans la tradition bouddhistes puisque c’est face à celles-ci que le Bouddha, dit-on, parvint à atteindre l’illumination. De plus, 160 peintures décorent…