Geisha en ligne

Articles en français(フランス語の記事)

 

 

A l’aide d’un nouveau service de chat en ligne fournie par la maison de thé Kyoto Maikoya, les geishas de Kyoto tentent de s’adapter aux temps difficiles qui les attendent. Le coronavirus et la distanciation sociale ont forcé les geishas de Kyoto à s’adapter aux temps nouveaux et changeants. Alors que la plupart des gens sont restés seuls pendant les premiers mois de la pandémie, ce sont les geishas qui ont continué à apporter de la joie et à divertir leurs clients dans les maisons de thé raffinées, et elles ont dû commencer à appeler les clients depuis chez elles.

 

 

Cependant, dans les mois qui ont suivi, les geishas ont trouvé de nouvelles façons de divertir leurs clients tout en respectant les traditions culturelles qu’elles se sont transmises pendant des siècles. Vers le début du mois de février, de nombreux salons de thé ont commencé à connaître une forte baisse de leurs réservations de clients, car beaucoup craignaient que le virus ne se propage dans l’enceinte même des établissements. Les danses annuelles organisées par les geishas dans chaque quartier depuis des décennies ont alors été annulées, car on commençait à s’inquiéter de la possibilité de se réunir en grands groupes et la santé des geishas elles-mêmes passait avant tout.

 

 

En mars, les quartiers de geishas étaient en état d’alerte et beaucoup ont commencé à annuler des événements pour le reste de l’année ainsi que presque toutes les réservations de maisons de thé afin de protéger les clients âgés. Pendant ce temps, la plupart des geishas ont été forcées de quitter leur logement et de retourner dans leur famille. Cependant, dans les mois qui ont suivi, les geishas ont trouvé de nouvelles façons de divertir leurs clients tout en respectant les traditions culturelles qu’elles se sont transmises pendant des siècles. Vers le début du mois de février, de nombreux salons de thé ont commencé à connaître une forte baisse de leurs réservations de clients, car beaucoup craignaient que le virus ne se propage dans l’enceinte même des établissements. Les danses annuelles organisées par les geishas dans chaque district depuis des décennies ont alors été annulées, car on commençait à s’inquiéter de la possibilité de se réunir en grands groupes et la santé des geishas elles-mêmes passait avant tout. En mars, les quartiers de geishas étaient en état d’alerte et beaucoup ont commencé à annuler des événements pour le reste de l’année ainsi que presque toutes les réservations de maisons de thé afin de protéger les clients âgés. Pendant ce temps, la plupart des geishas ont été forcées de retourner cher leurs parents. Cependant, elles ne sont pas restées inactives pendant que le pays était confiné. Les geishas ont continué à pratiquer leur art avec leurs professeurs via des cours en ligne et beaucoup ont choisi d’aider dans leur quartier en cousant des masques pour les personnes âgées. Ces masques ont été fabriqués à partir des mêmes serviettes « tenugui » que les geishas distribuent lors des célébrations spéciales et plus de 400 masque-tenugui ont été cousues à la main.

 

 

En avril, les cinq quartiers de geishas de Kyoto ont été contraints de fermer leurs portes en raison d’un ordre de fermeture d’urgence du gouvernement fédéral et toutes les activités ont été interrompues. C’était la première fois que les quartiers de geishas étaient contraints de fermer depuis la Seconde Guerre mondiale. Même les grands festivals, comme celui de Gion Matsuri, ont été annulés. L’association des geishas de Kyoto a versé une allocation (environ 800 euros). En effet, Le coût des perruques « Katsura », de leurs sublimes kimonos, du maquillage et des accessoires tels les éventails coûtent une fortune ( voir un bras). et L’arrêt des événements et de la visite des clients ont plongé les maisons de thé dans le noir.

 

 

 

 

⛩Sentez-vous l’ambiance de Kyoto⛩


 

 

 

 

Coup d’oeil sur mes activités et le prix

Guide francophone à Kyoto