Le pavillon d’argent (Le Ginkaku-ji)

Kyoto par un Japonais(articles)

 

 

Lors d’un précèdent article,  nous avions abordé l’histoire du célèbre Pavillon d’or, véritable emblème de Kyoto.

 

 

 

C’est donc en toute logique que nous aborderons aujourd’hui son alter-ego, le pavillon d’argent.

 

 

Le Ginkaku-ji, que l’on connaît également sous son nom original de Jisho-ji, fut fondé en 1482, sous la demande du shogun Ashikaga Yoshimasa. Son  but, loin d’être banal, n’était autre que de rivaliser avec le fameux pavillon d’or qui fut l’œuvre de son grand-père.

 

 

Ironie du sort, malgré son nom, le temple ne fut jamais recouvert d’argent à cause de la guerre. Pourtant, les efforts du shogun ne furent pas vains, car beaucoup de Japonais estiment que sa simplicité est synonyme de raffinement et que sa beauté surpasse même celle de son homologue doré.

 

 

A l’heure actuelle, seules deux structures ont survécu. Le pavillon d’or lui-même, ainsi que le Tōgudo, qui fait partie des trésors nationaux du Japon. Le Ginkaku-ji, en plus d’être entouré de verdure, possède un jardin de pierres et de sable extrêmement célèbre.

 

 

Il est dit que les ouvriers auraient abandonnés ces éléments durant sa construction et qu’ils seraient plus tard devenu partir intégrante du temple. On peut notamment y contempler le Kō getsudai, un tas de sable représentant le mont Fuji.

 

 

Quant à vous, quelle est votre opinion ? Serez-vous du côté de l’or, ou de l’argent ?

 

 

 

 (Le pavillon d’argent (Le Ginkaku-ji))

 

 

Coup d’oeil sur mes activités et le prix

Guide francophone à Kyoto